Les autres produits de la ruche

Miel pollen, gelée royale cire, propolis, venin. Autant de produits liés à l’abeille et dont les propriétés ont été reconnues depuis l’Antiquité. Certains sont des production de l’abeille, d’autres des récoltes. L’homme a l’ingéniosité d’en transformer quelques-uns pour confectionner hydromel, pain d’épice, bougies et autre encaustique. 

 

L’hydromel

L’hydromel est le résultat de la fermentation alcoolique des sucres du miel dans de l’eau. Boisson divine, élixir des dieux depuis l’Antiquité dans de nombreuse civilisations, l’hydromel à connu un regain de popularité à la fin du XIXe siècle, lors de la destruction de la vigne par le phylloxéra. La vigne reprendra peu à peu ses droits et la diffusion de l’hydromel redeviendra plus ou moins confidentielle, sauf peut-être en Bretagne avec le chouchen, à base de miel et de jus de pomme.

Conduire la fermentation

L’hydromel a un titre alcoométrique de 10 à 16 % vol. La fermentation des sucres est induite par les levures qui se trouvent naturellement sur la peau des fruits mûrs. Le miel étant pauvre en levures, le démarrage d’une fermentation alcoolique n’est pas facile. Il faut utiliser des levures préparées en laboratoire le plus souvent des levures de bière ou de vin. Il est également possible de préparer un pied de cuve à partir de toutes sortes de fruits (raison, pommes, …) mais les boissons ainsi obtenues n’ont pas droit à l’appellation hydromel. Quand la fermentation est bien lancée, on prépare un moût en mélangeant au pied de cuve de l’eau pure (de source) et du miel. Le rapport eau-miel dépend du degré d’alcool que l’on souhaite obtenir, sachant que 2,450 kg de miel au cent litre donnent à terme 1 % vol. d’alcool.

Goûts et saveurs

La fermentation très active pendant quelques semaines diminue progressivement. Elle s’arrête complètement après une durée variable qui peut atteindre plusieurs mois. Si la quantité de miel introduite au départ dans le mélange est réduite (de 24 à 25 kg pour 100 l), la fermentation s’arrête rapidement car les bactéries n’ont plus de sucre à transformer. On obtient des hydromels secs à demi-secs.

Si la quantité de miel est plus importante (30 kg/hl et plus). La transformation des sucres est plus longue. Le degré d’alcool monte, entraînent l’asphyxie progressive des bactéries. L’hydromel obtenu est moelleux, voire liquoreux. Les sucres résiduels donnent cette impression de douceur sucrée. Ces hydromels sont souvent plus appréciés que les secs.

 

La propolis, un miracle de la nature

La propolis est collecté par les ouvrières sur les conifères et autres essences d’arbres. Les abeilles s’en servent pour recouvrir d’une fine couche l’intérieur de la ruche et renforcer les rayons. En plus grande quantité, la propolis est mise à profit pour obstruer les fissures et réduire la taille de l’entrée de la ruche.

Si une souris ou un autre petit animal pénètre dans la ruche et meurt , les abeilles peuvent évacuer son cadavre. Elles peuvent aussi l’embaumer dans la propolis pour empêcher sa décomposition. Substance complexe, la propolis est très variable selon son origine ; elle est généralement brune mais ses teintes peuvent aussi varier du rouge au jaune.

Propriétés antibactériennes et antifongiques

Les vertus anti-infectieuses de la propolis et les bienfaits de son action désinfectante ont été prouvés, au cours des siècles. Ses propriétés antibiotiques, particulièrement efficaces contre des microbes de plus en plus puissants, en font un allié de poids dans la lutte contre toutes les infections et maladies à transmission virale, telles que le rhume, la grippe, les maux de gorge, la bronchite ou l’angine. Ses pouvoirs anti-inflammatoires et antidouleur soulagent les patients souffrant de toux chronique, de laryngites, de rhinites et d’otites. Son action antifongique favorise l’élimination des germes et des champignons.

 

Le pollen, une nourriture complète

Le pollen est produit dans les anthères des plantes fleuries. Les abeilles le récoltent généralement à partir de diverses plantes fleuries : le pollen stocké arbore donc diverses couleurs reflétant ainsi la diversité des fleurs butinées. Le pollen multicolore est généralement considéré comme étant meilleur que celui ayant une coloration uniforme. Cette substance finement pulvérulente, formée de grains microscopiques dont chacun contient un gamète mâle capable de féconder l’ovule femelle, ou graine d’une plante fleurie, est véhiculée sur l’ovule par les abeilles. Le pollen peut être aussi véhiculé par le vent, d’autres insectes et divers animaux. Avec le miel, le pollen compose une grande partie du menu des larves d’abeilles, quoi qu’il en soit également consommé par les adultes.

La récolte du pollen

De nombreux modèles de trappe à pollen existent mais leur principe est toujours identique : l’abeille traverse un peigne qui va retenir (en partie) les pelotes de pollen rapportées. Celles-ci vont alors tomber au travers d’une grille dans un bac de réception.

Composition du pollen

Sa composition varie non seulement selon l’espèce de fleurs mais aussi selon la saison, ce qui rend son analyse précise difficile. Il est constitué de protéines (environ 24%), d’hydrocarbones (27%) et de lipides (environ 5%). Les hydrocarbones sont le fructose et le glucose ajoutés par l’abeille pour faciliter la cohésion du pollen pendant son transport vers la ruche. Le pollen contient aussi du potassium, du calcium et du magnésium, ainsi que de grandes quantités de zinc, de fer, de manganèse et de cuivre.

Le pollen, une source de protéines essentielles pour les abeilles, constitue un complément alimentaire pour l’homme.

Le pollen permet de lutter efficacement contre la fatigue, qu’elle soit physique ou intellectuelle ; il permet d’augmenter les performances de l’organisme et aide à améliorer la mémoire, surtout chez les personnes matures. Il est utile pour les convalescents ; il stimule le système immunitaire et se révèle utile pour la prévention les infections. Le pollen aiguise l’appétit et favorise la prise de poids. Il est utilisé pour lutter contre la constipation.

 

La gelée royale : un mélange d’exception

La gelée royale est une substance épaisse d’un blanc laiteux, sécrétée par les glandes des ouvrières âgées de 5 à 15 jours. La gelée est distribuée par les nourrices (jeunes abeilles âgées de 6 à 12 jours) à toutes les larves sans exception pendant les trois premiers jours de leur développement. Au-delà, la gelée royale sera exclusivement réservée aux larves destinées à être reines. Cette différence d’alimentation semble être le déterminant essentiel entre le développement d’une ouvrière et celui d’une abeille. Une ouvrière ne vit que quelques semaines à quelques mois maximum et voit ses fonctions de reproduction inhibées. Une reine grâce à son alimentation à la gelée royale peut vivre plus de quatre ans, mesurer presque deux fois la taille des autres abeilles et pondre entre 1000 et 2000 œufs par jour.

La récolte de la gelée royale

L’apiculteur commence par priver la ruche de sa reine. Les ouvrières orphelines se prépare alors à accueillir une nouvelle reine. Elles vont ainsi agrandir certaines cellules et les remplir
de gelée royale et avant que les larves aient tout mangé, l’apiculteur intervient et récupère la gelée royale. Evidemment, il y en a très peu à la fois, voilà pourquoi ce produit est très cher.

Composition de la gelée royale

La gelée royale contient 67 % d’eau, 12% de protéines, 11 % de sucres, 5% d’acides gras et 1 % de sels minéraux, ainsi que des vitamines et des enzymes.

Les bienfaits thérapeutiques

La gelée royale est très efficace pour redonner de l’énergie et de la vitalité, puisqu’elle aide à lutter contre la fatigue et l’état d’épuisement par exemple. Elle est aussi très importante pour renforcer le système immunitaire et protéger de certaines maladies. Mais elle protège aussi des différentes agressions de l’extérieur, comme les virus ou les bactéries. Chez les enfants et les adolescents, la gelée royale pourrait favoriser une bonne croissance.

Posologie 

La dose quotidienne varie entre 200 à 500 mg à prendre en cure de deux à quatre semaines soit l’équivalent d’un pot de 10 g.

 

La cire

La cire est produite par les abeilles pour construire les cellules dans lesquelles elles élèvent la couvée et déposent la nourriture. C’est dans ces cellules que vit tout le groupe des abeilles. Ce sont les glandes de l’abdomen qui produisent de petites écailles blanches de cire que les abeilles mastiquent et façonnent selon leurs besoins. L’apiculteur recueille la cire des vieux rayons en les faisant fondre à l’aide d’un appareil solaire, ou autre. La cire est utilisée de nombreuses manières : comme bougie pour éclairer, dans la fabrication de vernis et produits pour la maison, dans la cosmétique le travail du bois, du cuir, dans l’art, l’industrie pharmaceutique, etc.

Le venin

Moyen de défense de l’abeille, le venin est produit par des glandes situées en amont de l’appareil vulnérant des abeilles femelles. Une ouvrière possède une réserve de venin de l’ordre de 0.10 à 0.15 mg. La reine, qui ne s’en servira qu’au cours de combats royaux, peut en détenir jusqu’à 5 fois plus. La peau de l’être humain étant très dure, après la piqûre l’abeille ne réussit pas à enlever son aiguillon et meurt en s’arrachant l’abdomen. Les animaux par contre ont une peau plus tendre et les abeilles réussissent à les piquer sans mourir.

Le venin d’abeille contient 88 % d0eau, du glucose, du fructose, des phospholipides, et surtout des enzymes et des peptides pharmacologiquement actifs.

La thérapie par le venin d’abeille

Ses indications thérapeutiques sont nombreuses:

  • pour le traitement de l’arthrite, des rhumatismes
  • en cas de myalgie, de myosite, de névralgie, de névrite, de sciatique, d’endocardite, d’inflammation chronique des tissus mous et osseux, de dermatite
  • pour le traitement de certaines maladies du système nerveux central et périphérique, notamment la sclérose en plaques
  • comme immuno-régulateur chez des patients avec un système immunitaire affaibli ou déficient
  • pour le traitement de l’épilepsie
  • dans les cas d’incontinence
  • etc

Les spécialistes sont unanimes à reconnaître que le venin injecté directement par une abeille vivante est incomparablement supérieur au venin conditionné.

Contacts

1824 Pataua North Road 0175 Nouvelle-Zélande
info.mieldemanuka@gmail.com

Follow Us